Avenue du Port

300 platanes sauvés de justesse, 1.500.000 pavés menacés de disparition

Les questions qui fâchent

Posted on | décembre 15, 2012 |

Notre étonnement est grand devant le projet de destruction-reconstruction de l’avenue du Port.
Nous avons cherché à comprendre comment une telle chose avait pu voir le jour, quels schémas de pensée, quels phénomènes de société produisaient ce type d’aménagements.
Voici quelques éléments de réponse :

1. La mobilité est-elle une fin en soi ?

lire la suite

2. Bruxelles-Mobilité ne devrait-elle pas évoluer et s’appeler plutôt Bruxelles- Proximité?

lire la suite

3. Pourquoi détruit-on au lieu d’entretenir?

lire la suite

Ecoutez le court extrait ci-dessous

4. Pourquoi faut-il chasser les grands arbres de la ville?

lire la suite

Ecoutez le court extrait ci-dessous

Ecoutez le court extrait ci-dessous

5. L’élection est-elle le dernier mot de la démocratie?

lire la suite

6. Notre patrimoine : nos racines

Rénover, plutôt que détruire, c’est aussi une exigence morale : le bâti existant est le fruit du travail humain antérieur.  Le déjà-là incorpore le génie, la culture et les savoir-faire, les souffrances et la fierté des hommes qui nous ont précédés.  La rénovation est un acte de respect, de civilisation : elle est une reconnaissance, une justice rendue (René SCHOONBRODT).

7. Le technocrate n’est pas le démocrate

lire la suite

Comments

Leave a Reply





*